T H É Â T R E 



__________________

MILLE ORPHELINS


        Cette histoire ne tient qu’à un fil. Le nôtre. Les enfants, nous croirons les avoir regardés, mais ce sont eux qui nous auront vus. Il faudra bien s’y faire. Ces enfants ne sont ni le futur, ni le présent, ni le passé, ils proposent un nouveau visage à l’éternité de chaque instant.

   Ce somptueux théâtre musical, au sein d'un décor mobile servant une vidéo organique, entrecroise avec une souplesse acérée de mise en scène un texte à vif, un orchestre en fosse et un choeur éclairant finement dirigés, un guitariste déjanté, un musicien électronique live subtil, et un comédien hors-norme, impressionnant.
__________________
Production Act-Opus Compagnie Roland Auzet - Co-production Théâtre de Nanterre les Amandiers, Maîtrise de Radio-France, Orchestre Philarmonique de Radio-France, Direction de la Musique, Ministère de la Culture (DMDTS).
Création Théâtre de Nanterre les Amandiers - Juin 2011


Roland Auzet, conception, musique et mise en scène - Laurent Gaudé, livret - André Wilms, comédien
Christophe Gaudin, guitares - Arnaud Sallé , musicien électronique live et temps réel, création électronique
Bernard Revel, création lumière - Jordana Maurer et Giorgio Poloni, création vidéo -
Orchestre Philarmonique et Maîtrise de Radio-France - Direction Sofi Jeannin.


MilleOrphelinsPage.jpg






__________________

L'OMBRE AMOUREUSE


Extrait, thème de la Princesse exposé à la harpe, puis celui de l'Ombre au destin radieux, mais aux détours encore sombres et tendres... - © Arnaud Sallé - All rights reserved - 


OmbrePage-2

Photo © Julien Piffaut - All rights reserved


  Une princesse, promise à un prince qu’elle n’aime pas, s’éprend d’un jeune homme mystérieux qui refuse de lui révéler son nom et son visage. Elle décide de fuir avec lui, et découvre alors qu’il s’agit de l’ombre du prince qui, par amour pour elle, s’est détachée de son maître. Un tel amour pourra-t-il (sur)vivre au grand jour ?

  De L’Ombre d’Andersen à Peter Pan de James Barry, l’ombre constitue un motif privilégié des contes, permettant d’explorer les thèmes de l’identité et du double. Au théâtre, elle renforce les sortilèges de la représentation. Les comédiens-musiciens-chanteurs s’emparent des personnages de ce conte, entre parcours initiatique et épopée fantastique...


__________________

Coproduction Espace des Arts- Scène Nationale de Chalon-sur-Sâone, janvier 2011.

Avec l’aide de l’Odéon Théâtre de l’Europe, de l’Adami - Avec le soutien du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, de la D.R.A.C. et Région Provence-Alpes Côte d’Azur.
Diffusion Théâtre de Oullins/Lyon, L’Arc du Creusot, février 2011, Faïencerie - Théâtre de Creil, Théâtre National de Bretagne/Rennes, mars 2011.

Texte édité aux Éditions Acte Sud - Heyoka Jeunesse.



Texte et mise en scène Olivier Balazuc - Interprétation Cyril Anrep, Arnaud Churin, Juliette Peytavin, Alban Guyon

Création  lumière Bertrand Killy - Scénographie Fabien Teigné - Costume Chantal Bachelier

Composition  musicale et création  sonore  Arnaud  Sallé


• Durée : 1h30' • Multipiste 6.2 •








__________________

LA LÉGÈRETÉ FRANÇAISE


Extrait, un orage aussi pluvieux que symbolique s'abat sur Versailles, un invisible messager égrène le thème de Marie-Antoinette au clavecin... - © Arnaud Sallé - All rights reserved - 


Photo © Arnaud Sallé - All rights reserved


•••••►    Reprise le  21  octobre et le  6  janvier  2016 à l'Auditorium du  Grand-Palais  / Paris

Création le  24 septembre  2015

 

        La pièce de Nicolas Bréhal, bien qu'éditée aux éditions Mercure de France, n'avait jamais été représentée jusqu'alors : à vrai dire, une perle rare.

        Ce beau texte resté auparavant et injustement inexploré dévoile les relations entre le modèle royal (Marie-Antoinette) et sa portraitiste talentueuse, féministe d'avant-garde (Elisabeth Vigée-Lebrun) -  dont l'œuvre littéralement majestueuse a fait récemment l'objet d'une grande exposition dans les murs du Grand Palais. Ce huis-clos crépusculaire se situe à Versailles, dans les lieux secrets de la Reine, à l'aube de la Révolution: au cœur d'un point de bascule historique, paradoxal et saisissant...


__________________

Production déléguée Grand Palais / Réunion des Musées Nationaux (Paris)



Texte Nicolas  Bréhal - Mise  en  scène Chantal  Bronner - Interprétation Julie  Debazac, Émeline  Bayart

Création  lumière Mathilde  Chamoux - Création  vidéo Fred  Koenig

Composition  musicale, interprétation (clavecin, harpe), et création  sonore  Arnaud  Sallé


• Durée : 1h20' • Multipiste 4.2 •






__________________

CORIOLAN

        En fin dramaturge, Shakespeare n'attaque pas de front ses contemporains, et prend soin de situer l'action  dans la Rome antique: les nobles patriciens imposent une hausse de prix, dont résulteront d'importantes famines et des soulèvements du peuple. A sa propre époque, suite aux conflits liés aux «enclosures», le principe social du gouvernement «charitable love and care», en faveur du bien commun, s’effondre et devient l’instrument à l'usage unique de la classe régnante. Dans la pièce, les plébéiens se révoltent et refusent notamment le service militaire contre l’ennemi. Ils obtiennent finalement le droit de présenter des tribuns au Sénat de Rome. Le patricien Menenius parvient à les apaiser grâce à une sournoise parabole de l’État, prévalant jusqu’à nos jours, qu'il compare à un corps humain dont les membres doivent se partager les tâches, et surtout les rôles... quitte à trahir -durablement- les classes représentées.

           Shakespeare relie au modèle de l’antiquité les conflits politiques du capitalisme évoluant. 
Il intègre la rhétorique politique des insurgés anglais de 1607 contre les « enclosures » appropriation bourgeoise des biens ruraux d’utilité commune aux lourdes conséquences (famines, exode rural), celle des vives discussions entre la Chambre des Communes et Jacques 1er d’Angleterre sur la souveraineté, la constitution et la monarchie absolue, et celle qui mènera en 1649 à la décapitation du roi anglais et à l’établissement de la première démocratie en Angleterre.
__________________
Production Le Théâtre à Spirale - Coproduction et Création Théâtre de Poitiers, Scène Nationale.
Diffusion: Théâtre Universitaire de Nantes - Théâtre de Oullins - Théâtre de Chelles - Centre des bords de Marne du Perreux-sur-Marne - Théâtre de Colombes - Théâtre de Corbeil-Essonne - Théâtre Gérard Philippe, Centre Dramatique National de Saint-Denis.


Jean Boillot, mise en scène, d'après Shakespeare - Ivan Mathis, création lumière
Arnaud Sallé, composition, électronique live
Laurence Villerot, scénographie - Christophe Ouvrard, costumes.
Avec David Ayala Pierre-Alain Chapuis, Joséphine Derenne, Philippe Lardaud, Régis Laroche, Benoît Marchand, Ivan Mathis, Jean-Christophe Quenon, Anne Réjony, Isabelle Ronayette, interprétation.

• Durée : 2h30' • Multipiste 6.1 •



CoriolanPage.jpg

Photo © Christophe Ouvrard - All right reserved








__________________

VISIONS DE KEROUAC


KerouacImage


      Lecture / spectacle à partir de textes de Jack Kerouac, dans le cadre du cycle "La bibliothèque de..." dirigé par Catherine Hiegel, de la Comédie Française.


« J'ai du goût pour trop de choses que je mélange, 
m'attardant à courir d'une étoile filante à une autre jusqu'à temps que je me casse la figure.

Voilà ce que c'est  que de vivre dans la nuit, voilà ce que ça fait de vous. 
Je n'avais rien d'autre à offrir à personne que ma propre confusion. »

Jack Kerouac, Sur la route.

__________________

Production et diffusion Comédie Française / Studio-Théâtre / Paris - 2001. Diffusion Radio-France.



Textes Jack Kerouac - Mise  en  scène et adaptation Nathalie Hertzberg

Interprétation Alain Langlet, sociétaire de la Comédie Française

Scénographie etimage Marion Rivolier

Paysage  musical et création  sonore  Arnaud  Sallé


• Durée : 1h05' • Stéréo •





__________________

BONJOUR MAÎTRESSE


AFF-BONJOUR-MAITRESSE

    Madame B. est institutrice. Madame B. est LA Maîtresse. Maîtresse par vocation, par amour, par passion. Madame B. est maîtresse jusqu’au bout… Jusqu’à n’être plus maîtresse d’elle-même.


   « Les premières maîtresses ne laissent pas toujours de souvenirs inoubliables. Mais on garde un grand respect pour celles qui nous ont inculqué les rudiments d’une certaine connaissance. Sans me vanter, bien que je fusse très jeune, j’en ai aimé quelques-unes qui exerçaient une véritable fascination sur mon esprit et mon cœur crédules. C’était une époque, il faut dire, où leur théâtre n’était pas adapté à la vie. Malgré leur absolutisme, je les sentais seules. C’est pourquoi elles ont joué insidieusement sur mes émotions. Si Bonjour Maîtresse est, à plusieurs titres, une fantaisie, dont l’intention est surtout d’amuser, c’est aussi l’évocation d’une image, d’un symbole, qui cherche encore à se faire aimer. » 

Nicolas Bréhal.


Critiques au Théâtre de Poche

« Délicieux, délicat, complétement fou. A découvrir d’urgence. » - Armelle Héliot, Le Figaro
« Le moment est porté par une interprète de choix, soigneusement dirigée par Olivier Balazuc» - Fous de Théâtre
« Chantal Bronner nous fait rire et nous bouleverse » - Le Figaro Magazine


__________________

Coproduction Compagnie La jolie Pourpoise et diffusion Théâtre de Poche Montparnasse, de novembre 2013 à janvier 2014.



Texte Nicolas  Bréhal -  Mise en scène Olivier Balazuc - Interprétation Chantal Bronner

Création  sonore  Arnaud  Sallé


• Durée : 50' • Multipiste 4.2 •






__________________

LE GÉNIE DES BOIS


GenieDesBoisPage


    « Un comédien lâche la dernière représentation d'un spectacle, juste avant les trois coups pour s'enfoncer dans une forêt profonde. Il est évidemment recherché, poursuivi, harcelé par différents personnages : un attaché culturel qui se nomme DeLuxe, la présidente de l'association des abonnés ou mieux nommée L'Abonnée compulsive. Lui, l'acteur, qui se prend désormais pour le Génie des bois que veut-il vraiment ? C'est un peu confus dans sa caboche. Fuir, là bas fuir, il veut bien...mais quoi? Question de reconversion en quelque sorte ! Surgit Achille, qui porte la pourpre cruelle de la tragédie, et nous reconduit aux racines archaïques, pour "faire sourdre du silence la source enchantée de toute parole"[...]

   C'est cocasse, insolent, brouillon, éruptif, elliptique. Et c'est très bien monté et mis en scène. Saluons l'équipe : une scénographie légère et intelligente de Fabien Teigné qu'animent des lumières superbes d'Alexandre Jarlégant également à la régie générale. Pas de forêt sans mille et un sons, bruits, chuchotements, cris étranges, pas de forêt sans la quintessence d'un état sauvage magnifiquement recomposé ici par Arnaud Sallé, au travers d'une bande-son qui fait fonction de protagoniste. Et puis les acteurs. Excellents.» 

Armelle Heliot, Le Figaro-blog de février 2009.

__________________

Production Compagnie La jolie Pourpoise. Création au Théâtre - Centre dramatique national d'Orléans, octobre 2007, Espace des Arts - Scène Nationale de Chalon-sur- Sâone, janvier 2008 - Espace Lino Ventura Garges-lès-Gonesses, février 2009.

Texte édité aux Éditions Acte Sud.



Texte et mise en scène Olivier Balazuc - Interprétation Scali Delpeyrat, Samuel Churin, Chantal Bronner, Antoine Gouy

Création  lumière Alexandre Jarlégant - Scénographie Fabien Teigné

Composition  musicale et création  sonore  Arnaud  Sallé


• Durée : 1h30' • Multipiste 6.2 •





__________________

PANAMA AL BROWN



        Tout commence à la fin du siècle dernier, dans une baraque de tôle et de lattes de bois du Panama: ici est né Alfonso Teofilo Brown, que l’histoire de la boxe immortalisa sous le nom de Panama al Brown. En 1951, celui qui fut le Roi du Ring, celui qui sut défier Willie La Morte ou Marcel Cerdan, s’éteint dans un taudis de New-York...

    De cette vie, l’écrivain, peintre et grand décorateur de théâtre Eduardo Arroyo a tiré un livre magnifique. Un récit tragique et émouvant, une danse musicale peuplée de démons intérieurs, hantée par la brutalité barbare du boxeur qui doit « démolir l’autre pour grimper vers le titre et s’élever dans le monde ».
__________________
Production Act-Opus, Compagnie Roland Auzet. Coproduction: Opéra de Dijon, Scène nationale de Chalon-sur-Saone, Mosaïques, Centre de création et de diffusion musicales de Châlon-sur-Saone.
Diffusion : Opéra de Dijon, 2010.


Roland Auzet, conception, musique et mise en scène, d'après Eduardo Arroyo -
Gaël Baron (Panama al brown) et Guillemette Laurens (Loulou), Interprétation - Quatuor à cordes Kaleidoskop - Arnaud Sallé, musicien électronique live et temps réel - Agathe Bioulès, direction musicale -
Bernard Revel, création lumière - Sarah Lefèvre, scénographie et vidéo.

• Durée : 1h35' • Multipiste 6.1 •


Panama-Al-Brown-Page.jpg




__________________

L'INSTITUT BENJAMENTA





__________________

L'HOMME ENGLOUTI






__________________

UN CHAPEAU DE PAILLE D'ITALIE







__________________

QUEL BONHEUR!






__________________

TOM ET LE DIAMANT

 Pièce de théâtre musical imaginée par Catherine Poujol, destinée au jeune public, et dont l'histoire fut écrite et interprétée après un an d'ateliers assidus par les élèves d'une école de Chelles. La quête initiatique, toujours chère aux enfants, est au cœur de l'intrigue. S'y croisent au gré de nombreux rebondissements un château, un donjon, un aréopage mystérieusement envoûté, un immense pont-levis grinçant, des destriers magnifiques, un hydre maléfique, un fabuleux diamant salvateur jalousement gardé par un terrifiant dragon, et Tom, bien entendu, un héros vaillant et intrépide...


Catherine Poujol, concept, mélodies - Arnaud Sallé, création sonore, harmonisation et arrangements musicaux.

 Les cents enfants de l'École de Chelles, textes, chants, et interprétation.


• Durée : 1h22' • Multipiste 6.2 •


Quatre extraits (en version instrumentale) : la Quête, l'entrée dans la Forêt Magique, les combats victorieux face à l'Hydre, puis au Dragon... - © Arnaud Sallé - All rights reserved - 





__________________

SCHLAG! II

        Voici un théâtre de cirque technologique et musical qui marie le virtuel à la chair des artistes. Cette libre adaptation du roman «Le Tambour», de Günter Grass, met en scène Oscar, entouré ici d'acrobates et de musiciens. Le jour de ses trois ans, Oscar a décidé d'arrêter de grandir et de servir les hommes qui le dégoûtent par leurs agissements : nous sommes en période de guerre... 

   Fort d'une conscience supérieure, émanation des fantasmes des hommes, Oscar interroge. Son regard est jeté curieusement sur tout ce qui l'entoure, simultanément accusateur, analytique ou distanciateur. Oscar concentre en lui tous les flux modernes, il fouille notre relation à l'artificiel et nous questionne sur la course infernale du monde vers l'infini.
   Oscar, personnage virtuel projeté sur plusieurs écrans mobiles, nous propose une perception à la fois innocente du monde, et profondément critique sur l'histoire et sur la société, en nous cernant tant sur plan visuel, que dans nos positions éthiques.
__________________
Production Act-Opus, Compagnie Roland Auzet. Coproduction Centre National de Création de La Muse en Circuit.
Création à l’Espace des Arts, Scène Nationale de Chalon-sur-Sâone, 2005. Diffusion: Théâtre Silvia Montfort, Paris.


Roland Auzet, conception, musique et mise en scène, d'après «Die Trommel» de Günter Grass -
Arnaud Sallé, musique électronique live et animation temps réel du personnage virtuel -
Véronique Bétourné, Philipp Boë, Osmar De Souza, Roman Müller, Petronella Von Zerboni, circassiens -
Centre International des Percussions de Genève (Eklekto), et Steven Schick, percussionistes -
Etienne Bideau-Rey, Gisèle Vienne, création marionnettes -
Laurent Béal, création lumière - Catherine Ikam, Louis Fléri, création personnage virtuel.

• Durée : 1h35' • Multipiste 8.1 •



SchlagPage.jpg









_______     P L A N  D U  S I T E     _______











_______________________________


L'intégralité des œuvres musicales de ce site sont protégées par les lois internationales sur les droits d'auteur (SACEM, SACD, SPEDIDAM) et ne peuvent être téléchargées, utilisées, reproduites ou communiquées, ni en partie, ni en totalité, sans le consentement écrit et préalable du compositeur.


All artworks of this website are protected by international copyright laws (SACEM, SACD, SPEDIDAM), and without prior written permission from the composer, their content, total or part, may not be downloded, used, reproduced, or distributed.

_______________________________

— Conception, Design, Editing, Webmastering © ARNAUD SALLÉ 2016 — Mentions légales —